Lors de notre séjour à Bali, alors que notre hôte nous conduisait dans son village près d’Ubud, il s’arrêta en chemin pour nous faire découvrir un breuvage local nommé « kopi Luwak ». Il semblait très attaché au fait de nous faire découvrir ce café très prisé des occidentaux.

C’est donc tout naturellement et bien naïvement, en curieux amateurs de café, que nous avons accepté cette visite impromptue qui nous réservait bien des surprises…

Lu…What ?

De l'excrément au café le plus cher du monde. La fabrication du café Luwak.

C’est en Indonésie et plus particulièrement sur les îles de Sumatra, Java, et Bali que le « kopi Luwak » a vu le jour.

Tout débuta à l’époque des colonies néerlandaises et de leurs plantations de café dans ces contrées luxuriantes. Les « impétrants » colons refusaient aux autochtones de cueillir le café pour leur consommation personnelle.

Qu’à cela ne tienne, les indigènes remarquèrent que les Luwak (sorte de chats musqués communément appelés civettes) consommaient les fruits des caféiers pour n’en digérer que la pulpe et ainsi rejeter les graines dans leurs excréments… Charmant n’est-ce pas ?

C’est ainsi qu’ils récupérèrent les précieuses denrées pour les consommer grillées et légèrement moulues…. Le café Luwak était né ! Et très vite la nouvelle se propagea à travers les colonies.

Victime de son succès, ce café devint rapidement le « must » en la matière. En effet, la digestion des graines par les civettes lui conférerait un goût subtil et unique. Grâce à son absence d’amertume, le café Luwak conquit progressivement la planète pour devenir le café le plus cher du monde.

En 2010, le New York Times estimait son prix jusqu’à 600 dollars américains la livre (environ 450 gr). Cependant depuis 2014, il varierait maintenant plutôt entre 400 et 700 € le kilo (tout de même !).

Vous reprendrez bien un « cacafé » ?!

De l'excrément au café le plus cher du monde. La fabrication du café Luwak. (2)

Malheureusement, de nos jours, c’est la civette qui en subi les conséquences. Il est maintenant bien loin le temps où ces braves bêtes se délectaient en toute liberté.

En effet l’augmentation de la demande a conduit à l’industrialisation de la fabrication et donc à la capture et à l’exploitation des civettes. Ainsi elles sont massivement cloîtrées dans de minuscules cages juste bonnes à produire les précieux excréments. En 2013, la BBC a d’ailleurs dénoncé ces maltraitances dans un reportage (en anglais ci-dessous).

Heureusement, ces dernières années, la situation évolue, suite à ces investigations, et grâce à l’engagement des organisations de défense des animaux, une douzaine de grandes enseignes ont notamment retiré le précieux café de leurs rayons.

L’enseigne de luxe Harrods a, par exemple, cessé de vendre le produit jusqu’à ce qu’elle puisse garantir la provenance « naturelle » du café à ses consommateurs.

Dorénavant, le programme pour une agriculture durable UTZ Certified  ne certifie plus les producteurs qui utilisent des civettes élevées en batterie. D’après le groupe indépendant Project Luwak Singapore, il n’y aurait pas de plantations de café certifiées UTZ à Bali.

Au départ nous n’avions pas pris la mesure du phénomène. C’est seulement après notre visite et grâce à quelques recherches plus poussées que nous avons constaté cette triste réalité.

De l'excrément au café le plus cher du monde. La fabrication du café Luwak. (3)

Actuellement, à Bali,  l’engouement des touristes pour ce café reste encore très marqué et vous croiserez beaucoup de « plantations » (même si elles n’en portent que le nom) lors de votre exploration de l’île.

A vous donc de tracer votre chemin comme il vous plaît.

Fort heureusement, il y a beaucoup d’autres activités à découvrir à Bali puisque l’île dispose d’une richesse culturelle sans pareil. Voyez par ici.

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *